Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Apr

Paris Roubaix Challenge 2015

 - Catégories :  #vélo

Un peu sur un coup de tête , deux semaines avant, Vincent évoque l’idée de participer à l’épreuve du Paris Roubaix challenge, qui permet d’emprunter une bonne partie de la course professionnelle. Inscription effectuée une semaine avant, nous partons le vendredi midi. Sur la route , il y aura un bouchon d’une heure pour la traversée de Paris. Nous arrivons vers 17h45 après 510 kms. Vincent s’est occupé de la logistique , notamment pour la reservation de l hôtel. Vendredi soir, au Campagnil j’ai pris de la viande saignante. Car demain, cela va saigner. Roubaix nous arrivons!

Trouée d'aremberg

Trouée d'aremberg

Samedi 11 avril 8h

Tu fonces au milieu du pavé, les mains sur le guidon en espérant que ça tienne, et voilà, c’est plié en quatre / cinq heures… » A quelques minutes du départ, et devant Vincent, je , fanfaronne encore… Il est 8 h 10 au Vélodrome de Roubaix, point de départ de la boucle de 140 km qui nous verra emprunter les secteurs les plus emblématiques de Paris – Roubaix. 4 500 fous sont venus mater la « reine des classiques ». Ils viennent majoritairement du Royaume-Uni (1/3 des participants), des Pays-Bas, de Belgique. On retrouve même 3 Afghans, un Letton, un Zimbabwéen. A domicile, les Français sont peu nombreux, autour de 450. Bref, il faudra parler Anglais ou Flamand pour espérer se faire comprendre…

Mais la communication s’avère peu utile une fois la monture enfourchée. A l’exception d’une conversation assez brève avec John, un étudiant Américain vivant à Copenhague et venu pour « se faire plaisir », « right » et « left » seront quasiment les seuls mots entendus pendant la première partie de la course, disputée sous un crachin typique du Nord. Aux maisons de briques rouges de la périphérie roubaisienne succèdent d’interminables champs dégageant une odeur de purin assez peu recommandée au réveil.

 

Paris Roubaix Challenge 2015

Le pierrier d’Arenberg

Comme pour un chemin de croix, les secteurs pavés de Paris-Roubaix sont numérotés, de 18 à 2 pour notre périple. Ils sont classés selon la difficulté : 2 étoiles pour les plus simples, jusqu’à 5 pour les plus difficiles. Après 50 bornes, à la faveur d’un virage à droite en forêt, nous faisons connaissance avec les premiers d’entre eux, ceux de la mythique trouée d’Arenberg (5 étoiles). Le terme de « pavé » semble d’ailleurs exagéré pour ces 2 km de traversée puisque nous empruntons en réalité un pierrier humide, sans aucune régularité, franchement dangereux. Une mare de pavés, magique et terrifiante à la fois. A l’arrière, un malheureux vient de prendre une belle « boîte », dans l’indifférence quasi-générale. Les efforts coordonnés des kilomètres dévalés sur le goudron n’ont plus vraiment d’importance ici. Les pavés, c’est l’homme et sa machine contre la route, la notion d’entraide s’estompe. « Paris-Roubaix est une connerie » avait dit Bernard Hinault. Pendant cet interminable rodéo avec les cailloux d’Arenberg, on le rejoint tout de go. En revanche, à la sortie du secteur, devant les camping-cars déjà installés en prévision de la « vraie » course, drapeaux du Lion des Flandres flottant au vent, la sensation est fantastique. Mais il reste encore 90 km, et 17 autres sections pavées, en tout près de 30 km de caillasse.

Pavé saignant

Après Arenberg, les portions 4 étoiles sont presque du billard. On se prend à apprécier le décor : beffrois imposant, terrils et bunkers nous plongent dans l’histoire de la région. La songerie s’interrompt brutalement à la sortie du secteur 13 (Beuvry à Orchies). Le diagnostic est sans appel, crevaison de la roue arrière. C’est le risque sur  ce  genre de parcours! En fait, je vais avoir trois crevaisons!! en fait trois crevaisons avec un pneu pas adapté.1h15minutes de perdues dans l’affaire, la lutte pour la 1228e place semble compromise, mais peu importe, c’est aussi ça, Paris-Roubaix.

La petite musique des galériens va d’ailleurs rythmer la fin de parcours. Certains quittent prématurément la course - l’un d’eux s’allume d’ailleurs une cigarette pour fêter ça – d’autres tentent de remettre leur machine sur pied. Au dernier ravitaillement, à 34 km du but, plusieurs courageux portent des stigmates de chute. Tous, ou presque, rallieront finalement le Vélodrome de Roubaix. Après 5 heures sur le vélo,plus d’ une bonne heure de réparation, et malgré un chat noir croisé juste avant le difficile secteur du Carrefour de l’Arbre, je m’offre aussi le tour d’honneur devant une foule en liesse d’une centaine de personnes. Ils seront, c’est sûr, beaucoup plus nombreux pour l’arrivée de celui qui brandira aujourd’hui le trophée en forme de pavé du Paris-Roubaix 2015. Pour nous, ce sera seulement une – jolie – médaille . Mais pas le tempsdu décrassage bien mérité dans les mythiques douches du Vélodrome, toutes au nom d’un ancien vainqueur. J’aurai bien choisi celle de Frédéric Guesdon, dernier Français titré, pour donner un coup de pouce à Arnaud Démare. Il en aura besoin.Nous repartons  pour Laval !

À propos

Mes Virées en Montagne, en Vélo, de la moto